Accueil A LA UNE Météorologie : Lancement de l’application SunSmart Global UV

Météorologie : Lancement de l’application SunSmart Global UV

100
0

Une nouvelle application pour téléphones portables fournissant des informations localisées sur les niveaux de rayonnement ultraviolet (UV) a été lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE ) et l’Organisation internationale du travail (OIT)  le 21 juin 2022 à Genève en Suisse.

L’application SunSmart Global UV fournit des prévisions UV et météorologiques sur cinq jours à des emplacements consultables. Il met en évidence les créneaux horaires où une protection solaire est nécessaire dans le but d’aider les gens du monde entier à savoir quand utiliser une protection solaire, dans le but de réduire le fardeau mondial du cancer de la peau et des dommages oculaires liés aux UV.

L’ application SunSmart Global UV est disponible gratuitement dans les magasins Apple App et Google Play . Il fournit des options personnalisées afin que les utilisateurs puissent prendre des mesures pour se protéger d’une exposition prolongée et excessive aux UV, une cause majeure de cancer de la peau et d’autres maladies liées aux UV. L’application permet l’inclusion de flux de données nationaux et locaux et l’adaptation à plusieurs langues – elle est actuellement disponible en chinois, anglais, français, russe, néerlandais et espagnol.

« Les preuves montrent que la surexposition aux UV est la principale cause de cancer de la peau. Il est donc vital que les gens sachent quand et comment se protéger », a déclaré le Dr Maria Neira, directrice de l’OMS, Département de l’environnement, du changement climatique et de la santé. “Nous encourageons chacun à utiliser l’application pour se protéger et protéger ses enfants, et à en faire une habitude quotidienne.”

L’application UV a été lancée pour coïncider avec le premier jour de l’été dans l’hémisphère nord. En sensibilisant le public et en aidant à réduire l’incidence du cancer de la peau, cette application soutient en fin de compte la réalisation de l’objectif de développement durable 3 des Nations Unies, qui vise à assurer une vie saine et le bien-être dans le monde d’ici 2030.

« Cette application associe les expertises météorologique, environnementale et sanitaire pour contribuer à la protection des personnes contre le soleil au travail comme dans leurs loisirs. Il est unique car il utilise les données des stations de mesure météorologiques et UV au niveau des pays pour fournir des lectures précises et spécifiques à l’indice UV », a déclaré le secrétaire général de l’OMM, le professeur Petteri Taalas. “C’est un excellent exemple de la science au service de la société.”

Le service de surveillance atmosphérique Copernicus de l’UE alimente l’application UV mondiale.

Son directeur Vincent-Henri Peuch a déclaré : « C’est maintenant la période de l’année où le rayonnement UV est à son maximum en Europe et dans l’hémisphère Nord en raison de la position du soleil dans le ciel. Cependant, il existe d’autres facteurs qui influencent la quantité d’UV qui atteint le sol, notamment les nuages, la couche d’ozone, la présence de particules dans l’atmosphère et l’altitude de l’emplacement ou le type de surface.

Tous ces éléments sont pris en compte dans le modèle de prévision que nous exploitons à l’ECMWF pour le service de surveillance de l’atmosphère Copernicus et qui alimente l’application WMO Global UV.

L’information du grand public avec les données les plus précises possibles est essentielle, car une exposition excessive aux rayons UV est responsable de graves problèmes de santé. À l’heure actuelle, de grandes parties de l’Europe peuvent connaître des valeurs d’indice UV supérieures à 8, ce qui correspond à une cote “très élevée” et signifie qu’un coup de soleil peut survenir en aussi peu que 15 minutes selon le type de peau.

Couche d’ozone

À l’échelle mondiale, on estime que plus de 1,5 million de cas de cancer de la peau (mélanome et non mélanome combinés) ont été diagnostiqués dans le monde en 2020. Au cours de la même période, plus de 120 000 personnes dans le monde ont perdu la vie à cause de cette maladie hautement évitable. L’un des principaux facteurs contribuant à ces cancers est l’excès de rayonnement UV provenant de l’amincissement de la couche d’ozone stratosphérique terrestre résultant de la libération de certains produits chimiques artificiels. En vertu du traité international connu sous le nom de Protocole de Montréal, tous les États membres de l’ONU éliminent progressivement la production et la consommation de ces substances selon un calendrier précis. Grâce à ces efforts continus, le niveau d’ozone devrait se rétablir d’ici le milieu du siècle. En attendant,

« Le Protocole de Montréal protège la couche d’ozone stratosphérique qui, à son tour, protège la santé humaine et l’environnement en empêchant la plupart des rayons ultraviolets nocifs du soleil d’atteindre la surface de la terre. Le cancer de la peau peut résulter d’une surexposition au soleil, il est donc impératif que chacun reste vigilant et veille à se protéger adéquatement avec des chapeaux et de la crème solaire. L’application SunSmart est un fantastique outil de surveillance des UV, et j’encourage tout le monde à l’utiliser », conseille Mme Meg Seki, secrétaire exécutive du Secrétariat de l’ozone.

Tout le monde a besoin de soleil, principalement pour la production de vitamine D qui aide à prévenir le développement de maladies osseuses telles que le rachitisme, l’ostéomalacie et l’ostéoporose. Mais trop de soleil peut être dangereux – et même mortel. Les mois d’été cachent un réel danger.

Une grande partie des maladies et des décès liés aux UV peuvent être évités grâce à un ensemble de mesures de prévention simples :

Limiter le temps au soleil de midi
Cherchez l’ombre lorsque les rayons UV sont les plus intenses
Portez des vêtements de protection, des chapeaux et des lunettes de soleil
Utilisez un écran solaire à large spectre de protection solaire
Il est particulièrement important de protéger les enfants des périodes prolongées au soleil, car une exposition excessive au soleil pendant ces premières années peut augmenter considérablement le risque de maladies liées aux UV plus tard dans la vie.

« Cette application est un outil utile pour aider les entreprises et les travailleurs à identifier les travaux dangereux et à planifier les mesures de sécurité et de santé. La Conférence internationale du Travail a adopté le 10 juin une résolution reconnaissant un environnement de travail sûr et sain comme un nouveau principe et droit fondamental au travail. Il s’agit d’un appel mondial à des efforts accrus pour prévenir les blessures et les maladies liées au travail. Des outils tels que SunSmart Global UV sont une petite mais utile contribution à cette entreprise», a déclaré Vera Paquete-Perdigão, Directrice du Département Gouvernance et tripartisme de l’OIT.

L’indice UV

Lancement de l’application SunSmart Global UVL’application est basée sur l’indice UV, qui décrit le niveau de rayonnement UV solaire à la surface de la terre. L’indice UV est rapporté sur une échelle de 1 (ou “faible”) à 11 et plus (ou “extrême”). Plus la valeur de l’indice est élevée, plus le risque de dommages cutanés et oculaires est grand et moins il faut de temps pour qu’un dommage se produise. L’indice UV maximum est au midi solaire lorsque le soleil est le plus haut dans le ciel. Il est recommandé d’adapter les activités de plein air et d’utiliser une protection solaire lorsque l’indice UV est supérieur ou égal à 3. Les dommages causés par les UV sont cumulatifs et les UV peuvent être nocifs lorsque les personnes sont exposées pendant de longues périodes, même à de faibles niveaux.

L’application vise à apporter une cohérence mondiale aux rapports sur les UV et aux messages de santé publique. Il a été développé par le Cancer Council Victoria et l’Agence australienne de radioprotection et de sûreté nucléaire, deux centres collaborateurs de l’OMS en Australie, où une application similaire a démontré une meilleure sensibilisation du public à la protection contre les UV lorsqu’elle a été utilisée pour soutenir une campagne de santé publique systématique de plusieurs décennies promouvant comportement solaire intelligent.

L’indice UV solaire mondial a été développé conjointement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et le gouvernement fédéral allemand. Office de radioprotection (Bundesamt für Strahlenschutz, BfS) pour informer et alerter le grand public du risque potentiel pour la santé associé à des niveaux élevés de rayonnement solaire UV.

Source : https://public.wmo.int/en/media/press-release

Previous articleCompte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 24 août 2022
Next articleLutte contre le terrorisme au Burkina : Création  du 26ème RIC qui sera basé à Boromo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here