Accueil ACTUALITÉ Silvio Berlusconi, ex-dirigeant italien et président du Milan AC, décède à 86...

Silvio Berlusconi, ex-dirigeant italien et président du Milan AC, décède à 86 ans

411
0

Silvio Berlusconi, le magnat des médias milliardaire et vantard qui était le premier ministre italien le plus ancien malgré les scandales concernant ses partis alimentés par le sexe et les allégations de corruption, est décédé lundi, selon les médias italiens. Il avait 86 ans.

La chaîne de télévision Mediaset de Berlusconi a annoncé sa mort avec une photo souriante de l’homme sur sa page d’accueil et le titre : “Berlusconi est mort”.

Berlusconi a été hospitalisé vendredi pour la deuxième fois depuis des mois pour le traitement d’une leucémie chronique. Il a également souffert au fil des ans de maladies cardiaques, d’un cancer de la prostate et a été hospitalisé pour COVID-19 en 2020.

Ancien crooner de croisière, Berlusconi a utilisé ses réseaux de télévision et son immense richesse pour lancer sa longue carrière politique, inspirant à la fois la loyauté et la répugnance.

Pour les admirateurs, le premier ministre à trois reprises était un homme d’État capable et charismatique qui cherchait à élever l’Italie sur la scène mondiale. Pour les critiques, il était un populiste qui menaçait de saper la démocratie en utilisant le pouvoir politique comme un outil pour s’enrichir et enrichir ses entreprises.

Son parti politique Forza Italia était un partenaire de coalition avec l’actuelle première ministre Giorgia Meloni, une dirigeante d’extrême droite arrivée au pouvoir l’année dernière, bien qu’il n’ait occupé aucun poste au sein du gouvernement.

Son amitié avec le président russe Vladimir Poutine l’a mis en désaccord avec Meloni, un fervent partisan de l’Ukraine. Le jour de son 86e anniversaire, alors que la guerre faisait rage, Poutine a envoyé à Berlusconi ses meilleurs vœux et de la vodka, et l’Italien s’est vanté d’avoir rendu la pareille en renvoyant du vin italien.

Un autre ancien premier ministre, Matteo Renzi, a rappelé l’héritage de division de Berlusconi dans un message sur Twitter. “Silvio Berlusconi a marqué l’histoire de ce pays. Beaucoup l’aimaient, beaucoup le détestaient. Tous doivent reconnaître que son impact sur la vie politique, mais aussi économique, sportive et télévisuelle, a été sans précédent.

Le chef du parti de la Ligue, Matteo Salvini, a qualifié Berlusconi de “grand homme et de grand Italien”.

Au fur et à mesure que Berlusconi vieillissait, certains se moquaient de son bronzage perpétuel, de ses greffes de cheveux et de ses copines qui avaient des décennies de moins. Pendant de nombreuses années, cependant, Berlusconi a semblé intouchable malgré les scandales personnels.

Des affaires pénales ont été lancées mais se sont soldées par des licenciements lorsque les délais de prescription ont expiré dans le système judiciaire italien lent, ou il a été victorieux en appel. Les enquêtes ont ciblé les soirées torrides dites «bunga bunga» du magnat impliquant des jeunes femmes et des mineurs, ou ses entreprises, qui comprenaient l’équipe de football AC Milan, les trois plus grands réseaux de télévision privés du pays, des magazines et un quotidien, ainsi que des sociétés de publicité et de cinéma.

Pour les amateurs de ballon rond, L’actuel propriétaire de Monza Silvio Berlusconi, restera avant tout le patron de l’AC Milan, qu’il a détenu durant 31 ans (1986-2017). Un règne très vite marqué par la flamboyance du jeu prôné par Arrigo Sacchi, le trio néerlandais Rijkaard-Gullit-Van Basten et les deux victoires successives en Coupe d’Europe des clubs champions (1989,1990).
Au final, vingt-neuf trophées ont garni la vitrine du club, qui en a raflé quinze en dix-huit ans (entre 1986 et 2004), bien que les ultimes années vécues sous sa présidence aient été difficiles. « Il Cavaliere » a également fait rayonner l’AC Milan en Italie, où il a remporté trois titres de champions de Serie A d’affilée, de 1992 à 1994, et huit en tout (sur les 19 que compte le club).
Mais il a fini par passer la main à un groupe d’investisseurs chinois en échange de 740 millions d’euros, tombés dans l’escarcelle d’un des Italiens les plus riches du pays. La fortune du fondateur et dirigeant de Fininvest, une holding financière, était estimée à plusieurs milliards d’euros.

Source : Associated Press à Rome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here