Le secrétaire général du  ministère de l’eau et de l’assainissement a procédé ce jeudi 1er octobre 2020 à l’ouverture d’un atelier de validation du rapport diagnostic et de la stratégie de protection des ressources en eau. Un atelier qui a pour objectif de permettre aux acteurs de mieux s’outiller sur la pérennité et la préservation des ouvrages de mobilisation d’eau.

Selon le secrétaire général du ministère en charge de l’eau Alassoun Sori, le Burkina comptabilise à ce jour plus de 1 002 barrages avec une capacité total de stockage estimée à plus de 5 milliards de m3. Ces ouvrages de stockage impulsent le développement de de l’électricité, de l’irrigation d’appoint et de l’irrigation de contre saison tournée vers des produits à forte rentabilité financière telle que les cultures maraichères.

Alassoun SORI, secrétaire général du ministère en charge de l’eau.

Malheureusement on assiste à une dégradation de ses eaux de surface et souterraines qui impactent négativement sur la disponibilité de la ressource en eau et la durabilité de ces ouvrages. Pour y remédier, ledit ministère a entrepris plusieurs actions a assuré le SG d’où la tenue du présent atelier qui vise à renforcer les différents acquis engrangés, en dotant les différents acteurs du sous-secteur Eau et Assainissement d’un guide référentiel pour la protection des ressources en eau et des milieux connexes.

Il a par ailleurs remercié les partenaires techniques et financiers pour leurs accompagnements sans fail depuis des décennies et a promis qu’au terme de ces assises, les propositions faites seront prises en compte afin de viabiliser le secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso.

Durant ces deux jours, les panelistes se pencheront sur l’examen et l’amendement du rapport diagnostic des ressources en eau mais aussi sur la validation de la stratégie de protection des ressources en eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *