Le M18,  un mouvement non syndical  est né pour réclamer le reclassement des enseignants. Il était face à la presse ce lundi 24 août 2020 à Ouagadougou. L’objectif de ce face à face avec les hommes de médias était de présenter le dit mouvement et manifester le mécontentement des enseignants à l’égard de leur ministère de tutelle qui est le ministère de l’éducation national de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationale (MENAPLN).

Le M18 est établit entre plusieurs promotions et ordres d’enseignants; il a pour but de lutter pour que chaque agent soit rétablit dans ses droits afin de remplir dans le fait, les prérogatives de solidarité d’union, de cohésion et de dignité dans la famille enseignante. Il revendique à cet effet l’établissement diligent des actes de reclassement et les effets financiers y rattachés. Selon le mouvement M18, depuis le succès de la promotion de 2018 à l’examen professionnel des instituteurs certifiés, aucun agent n’a bénéficié d’un acte de reclassement.

Les responsables du M18 s’insurgent contre  le ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues pour le silence et la non prise en compte des conséquences qu’engendre une telle situation.  Selon Adama Dabilgou, le porte-parole du M18  cette situation pourrait conduire naturellement à rendre l’action éducative moins utile. Il en appelle à une rencontre bipartite entre les agents de l’éducation et l’administration afin de trouver un terrain d’entente pour une rentrée prochaine effective. Soulignons que le mouvement M18 a été créé le 15 Juillet 2020 et regroupe les enseignants certifiés des promotions de 2018, 2019 et 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *