L’opposition non affiliée (ONA) a organisé une conférence de presse le jeudi 13 Aout 2020 à Ouagadougou. Les points saillants de cette rencontre étaient : la légitimité de l’existence de l’ONA, sa crédibilité ainsi que sa position sur le projet de modification non consensuelle du code électorale à moins de six mois des élections.

 

L’ONA se dit être une institution légitime étant fondée sur le droit que sur sa pratique. Qui lui a d’ailleurs valu l’adhésion de plusieurs autres parties politiques pour corriger les anomalies dans la gestion de la classe politique burkinabé.

L’opposition non affiliée précise qu’une modification unilatérale du code électoral par le gouvernement qui n’englobe pas tous les acteurs est contraire à la constitution et aux lois internationales. Ces modifications ne peuvent se faire à au moins six mois avant la tenue des élections « aucune réforme substantielle de loi électorale ne doit intervenir dans les six mois précédents les élections sans le consentement d’une large majorité des acteurs politique que sont l’APMP, le CEFOP et l’ONA et bien évidemment les forces vives ». Affirme le professeur Abdoulaye Soma président de la conférence des présidents de l’ONA.

L’ONA en appel donc à la responsabilité du président du Faso et à la sagesse de tous les acteurs concernés, pour ouvrir le plus rapidement possible ces concertations nationales qu’elle pense être la seule option valable et fiable.

   Reportage: ASSANATOU TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *