Ce samedi 26 septembre 2020 à Ouagadougou, l’Alliance pour la démocratie et la fédération-rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) a organisé une conférence nationale des candidats investis entrant dans le cadre des préparatifs sur les élections couplées du 22 novembre. A l’issue, des échanges avec les différents candidats, le président du parti de l’éléphant, maître Gilbert Noël OUEDRAOGO reste optimiste sur la victoire écrasante de son parti au soir du 22 novembre prochain.

Aperçu des candidats investis du parti.

 

Ces candidats investis du parti sont venus de toutes les provinces du Burkina. La rencontre avait pour objectif d’échanger avec les différents candidats du parti afin de bien les outillés. Une fois répartis dans leurs zones de combat ces enseignements vont les permettre de mener à bien le travail qui leur sera assigné. pour ces échéances électorales, le parti compte 70% de jeunes et 25% de femmes sur ses listes  électorales.


Pour le président du parti Gilbert Ouédraogo, l’ ADF-RDA est le seul parti qui depuis 1946 à ce jour à toujours été présent au différents rendez-vous électoraux. Pour lui c’est un parti béni . pour cela, il reste très optimiste. << l’ADF-RDA est un parti qui est avec la masse même de par son passé, nous sommes convaincus que nous allons réussir a ces élections. Le Burkina Faso a besoin d’un changement générationnel et nous la jeunesse en tant que fer de lance, nous serons les acteurs de ce changement, ces élections sont les plus ouvertes de l’histoire de notre pays le Burkina Faso>>.
Sur la venue avortée de l’ancien premier ministre Yacouba Zida, Gilbert Ouédraogo a expliqué que tous les fils du Burkina Faso ne devraient pas avoir un problème pour rentrer chez eux et que les acteurs politiques doivent travailler à rendre la cohésion sociale une réalité pour l’intérêt supérieur de la nation. Pour lui, il faut avoir une hauteur d’esprit pour travailler de façon collégiale dans la construction de la nation. « Pour moi, tous les fils et toutes les filles du Burkina qui sont à l’extérieur doivent pouvoir rentrer. Mieux, on doit organiser leur retour dans des conditions de respectabilité et des conditions de dignité », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *