Ce lundi 2 novembre 2020 à Ouagadougou s’est tenue une rencontre entre les hommes de médias et le comité d’organisation de la première édition du festival des musiques traditionnelles et religieuses du Burkina (FEMUTREB). L’objectif de cette assise est d’annoncer la tenue dudit festival  du 02 au 06 Décembre 2020 au musée national avec pour thème « paix, cohésion sociale et développement »

Aperçu des conférenciers.

Initié par un regroupement de jeunes le FEMUTREB se veut être un cadre de valorisation, de promotion, et de développement des musiques traditionnelles et religieuses du terroir burkinabè. Et selon Jean Marie Nikiema, président du comité d’organisation, ces genres musicaux doivent avoir une place centrale en ce sens qu’ils transcendent et font naitre des vocations. « La communication, l’échange, le partage, l’écoute et le développement personnel d’un musicien traditionnel ou religieux l’amène à trouver ses marques dans la société. » a-t-il ajouté.

Jean Marie Nikiema, président du comité d’organisation du FEMUTREB

Pour ce qui est du thème choisit, « paix, cohésion sociale et développement » le comité d’organisation le justifie par le fait que les activités qui seront menées lors du FEMUTREB participeront à l’éclosion de la cohésion sociale, seront facteurs de rapprochement, de non-discrimination et de résolution de conflits sociaux par la parenté à plaisanterie.

Sangkologh Naaba Yéhéré, parrain du FEMUTREB.

Qui parle de tradition, parle de chefferie ! pour la première édition, le parrainage est attribué à sa majesté le Sangkholgh Naaba Yéhéré qui loue l’initiative. Il a par ailleurs magnifié son engagement aux cotés de ses filleuls tout en souhaitant un bon déroulement des activités avec la bénédiction des mânes.

Des prestations d’artistes et troupes, des conférences débats, des formations, des compétitions artistiques ainsi que des expositions des instruments de musique traditionnelle sont entre autres les activités qui vont meubler les six (06) jours du FEMUTREB et de nombreux prix seront décernés aux plus méritants. Pour un budget estimé à 31 millions de franc CFA le comité d’organisation dit ne l’avoir pas encore bouclé. De ce fait il lance un appel à contribution à toute personne, structure pour la concrétisation du FEMUTREB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *