L’ambassadeur de la France au Burkina, Luc Hallade a présidé la cérémonie de lancement des Projets Innovants de la Socièté Civile et Coalition d’Acteurs (PISCCA) qui s’est déroulée, le mercredi 08 juillet 2020 à Ouagadougou. C’est un projet financé par l’Ambassade de la France au Burkina, pour favoriser le renforcement, la structuration et le professionnalisme des organisations issues de la société civile.

Le fonds PISCCA « Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs » est un outil à disposition des ambassades des pays où se concentre l’aide publique au développement de la France et permet le financement de microprojets visant à lutter contre la pauvreté et à renforcer les
acteurs locaux du développement.
Au Burkina Faso, ce fonds est l’instrument privilégié de l’ambassade de France pour favoriser le renforcement, la structuration et la professionnalisation des organisations issues de la société civile.
Il a pour objectifs prioritaires de :
 Renforcer la société civile et donner une meilleure visibilité aux acteurs de la société civile ;
 Appuyer les initiatives de la société civile agissant en faveur de l’égalité des genres, la transparence, la participation citoyenne, la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique ;
 Renforcer les échanges et les synergies entre les acteurs pour créer des effets leviers ;
 Améliorer la gouvernance et le dialogue entre société civile et autorités publiques pour permettre à la première de porter des revendications auprès de celles-ci ;
 Veiller à la prise en compte dans le débat public des groupes les plus vulnérables, notamment les femmes et le jeunes. En 2019-2020, un fonds PISCCA a été mis en place par l’ambassade de France au Burkina Faso sur le thème : « Soutien aux organisations de la société civile engagées pour Ouagadougou ville durable ».
En 2019, suite à un appel à projets sur la sous-thématique « Récupération et valorisation des déchets urbains », 37 projets ont été reçus. Six ont été sélectionnés pour recevoir un financement, d’un montant total de subventions directes de 213 millions FCFA, soit environ 325 000 €.
En 2020, un nouvel appel à projets est lancé.

2. Déroulement de la sélection des projets en 2020
Un appel à projets a été lancé sur le site de l’ambassade de France au Burkina Faso en mars 2020 sur la sous-thématique : « Préservation des ressources naturelles : agriculture urbaine et péri-urbaine écologique dans une optique de développement durable des territoires des communes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso ». 71 associations ont répondu à l’appel avec un projet en lien avec l’agriculture biologique urbaine et péri-urbaine, à Ouagadougou et Bobo Dioulasso.

Tous les projets ont été évalués par un comité de sélection interne, selon une grille de notation prédéfinie. À partir de la moyenne de ces évaluations, 17 projets ont été présélectionnés et soumis à un comité de sélection externe, composé de 4 expertises techniques burkinabè et française (ministère de l’environnement, ministère de l’agriculture, mairie de Ouagadougou et le centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, CIRAD).
Les 17 représentants des associations ont également été reçus pour un entretien en présentiel (ou téléphonique pour les associations bobolaises).
L’enveloppe globale des subventions directes versées aux associations est de 262 millions F CFA, soit environ 400 000 €,.
À l’issue de ce processus, 8 associations ont été sélectionnées pour bénéficier du fonds PISCCA 2020 :

Nom de l’association Titre du projet Lieu d’exécution

Association Songtaab Yalgre Production intensive biologique et transformation de moringa dans les communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso

 « PEPIT-Moringa » Ouagadougou et Bobo Dioulasso Association Manegdb zanga Promotion de l’entreprenariat jeune dans la production
maraichère agro-écologique dans la zone du Grand Ouaga Ouagadougou

Union Nationale des Sociétés Coopératives des Transformatrices de Manioc du Burkina(UNTM/Burkina)

Amélioration de la productivité et augmentation des revenus des producteurs et des transformateurs de manioc biologique des zones urbaines et péri-urbaines des villes de Ouagadougou et Bobo-Bobo – Dioulasso
Ouagadougouet Bobo￾Dioulasso

Association d’appui aux personnes vulnérables et  à l’insécurité alimentaire 

(2APV) Formation en culture biologique hors-sol auprès de
maraîchers et déplacés internes pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages
Ouagadougou
Association Béo Nééré
Agroécologie
Agroécologie urbaine et commercialisation : pour une transition agroécologique pérenne de 6 coopératives maraichères de Ouagadougou
Ouagadougou Association Jeunesse et
Entrepreunariat
Polyculture intégrée de poissons, de légumes, de volailles locales améliorées et de formation en agriculture biologique Bobo￾Dioulasso
Eco-génération Mise en place d’un centre de formation pratique de culture hors-sol à Ouagadougou.

Ouagadougou
Fondation Enfants pour Dieu
Mise en place de 2 jardins pédagogiques et nutritifs dans 2 écoles-pilotes Ouagadougou

Objectif général :
Appuyer 8 associations dans leur structuration et le déploiement de leurs activités à travers le financement de projets innovants en agriculture écologique urbaine et péri-urbaine.
Objectifs spécifiques :
• Contribuer au renforcement du secteur de l’agro-écologie urbaine et péri-urbaine en donnant une meilleure visibilité aux acteurs de la société civile ;
• Participer au développement durable des territoires des communes de Ouagadougou et Bobo Dioulasso ;
• Concourir à la sensibilisation de la filière (du producteur au consommateur) pour une alimentation saine et protectrice de l’environnement ;
• Favoriser la sécurisation alimentaire des ménages urbains, particulièrement les plus vulnérables.

4. Résultats attendus
• Des actions importantes en agriculture écologique, aux effets mesurables et pérennes, sont mises en œuvre par les associations ;
• Les acteurs de la société civile du secteur de l’agro-écologie ont des compétences renforcées et mènent des actions reconnues sur le territoire, s’inscrivant dans une pérennité ;
• Des liens entre les acteurs de la société civile et les institutions sont établis ou renforcés;
• Un réseau des différents bénéficiaires du fonds PISCCA est mis en place.
• 100 maraîchers dont 50 déplacés internes sont formés à la culture hors-sol et
• 10 emplois jeunes sont créés et un centre de formation à la culture hors-sol est créé et opérationnel dans le quartier de Karpala à Ouagadougou ;
• 300 maraîchers et maraîchères sont formées en techniques agro-écologiques et augmentent leurs capacités de production et leurs revenus ;
• 840 producteurs sont formés à la production biologique de manioc et 120 femmes sont formées en transformation de manioc ;
• Une unité de production biologique et de transformation de moringa est mise en place à
Bobo-Dioulasso ;
• 120 femmes et jeunes sont formés à la polyculture intégrée biologique et cette activité leur génère des revenus ;
• Trois unités de fabrication de bio pesticides et d’engrais bios et une unité de production de parasitoïdes sont mises en place en zone péri-urbaine de Ouagadougou et ces produits naturels de lutte contre les ravageurs sont disponibilités pour les maraîchers à Ouagadougou
• 2 jardins pédagogiques et nutritifs dans deux écoles pilotes sont créés
• Des produits de qualité, nutritifs, variés et biologiques sont disponibles pour les ménages de Ouagadougou et Bobo Dioulasso

Association d’Appui aux Personnes Vulnérables à l’Insécurité Alimentaire et nutritionnelle (2APV)
Présidente : Emeline Wendyam Ouedraogo
Titre du projet PISCCA : Projet d’Amélioration Durable de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle
des Ménages vivant dans la ville de Ouagadougou et dans ses périphéries (PASANMOP)
Domaine d’intervention : formation en culture hors-sol

Montant de la subvention : 35 840 000 F CFA
Bénéficiaires directs : 50 maraîchers et 50 personnes déplacées internes (PDI) dans la périphérie
de Ouagadougou.


Association Béo-Nééré Agroécologie
Président : Mahamadi Ilboudo / Fondateur : Souleymane Belemgnegre
Titre du projet PISCCA : agroécologie urbaine et commercialisation : pour une transition
agroécologique pérenne de 6 coopératives maraichères de Ouagadougou
Domaine d’intervention : sensibilisation et formation sur les pratiques de l’agro écologie
Montant de la subvention : 31 639 522 F CFA
Bénéficiaires directs : 78 maraichères et 82 maraîchers de 6 coopératives maraichères à
Ouagadougou.
Association Ecogénération
Président : Ali Derme
Titre du projet PISCCA : Agriculture bio-life
Domaine d’intervention : création d’un centre de formation pratique de culture hors-sol
Montant de la subvention : 17 913 500 F CFA
Bénéficiaires directs : 10 emplois jeunes créés, ménages consommateurs, participants aux
formations.
Association Jeunesse et Entreprenariat
Président : A. Emmanuel OUATTARA
Titre du projet PISCCA : Polyculture intégrée de poissons, de légumes, de volailles locales
améliorées et de formation en agriculture biologique
Montant de la subvention : 30 000 000 F CFA
Bénéficiaires directs : Formation et création d’emplois pour 120 jeunes et femmes.
Association Manegdbzanga
Président : Kassoum Ilboudo
Titre du projet PISCCA : projet de promotion de l’entreprenariat jeune dans la production
maraichère agro-écologique dans la zone du Grand Ouaga
Domaine d’intervention : fabrication de biopesticides et parasitoïdes alternatifs aux pesticides
chimiques
Montant de la subvention : 39 865 000 F CFA
Bénéficiaires directs : Groupements de femmes dans des localités péri-urbaines de Ouagadougou

Association Songtaab-Yalgré (ASY)
Présidente : Nicole Wend Yam Ouedraogo
Titre du projet PISCCA : Projet Ecologique de Production intensive et de Transformation de
Moringa dans les communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso « PEPIT-Moringa »
Domaine d’intervention : développement de la filière biologique moringa
Montant de la subvention : 44 899 459 F CFA
Bénéficiaires directs : membres de ASY, jeunes diplômés en agriculture et foresterie, les ménages
des villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.
Fondation Enfants pour Dieu


Président : Caleb Kabre
Titre du projet PISCCA : projet d’agriculture bio scolaire (PAS)
Domaine d’intervention : mise en place de jardins pédagogiques et nutritifs dans deux écoles
pilotes
Montant de la subvention : 15 500 000 F CFA
Bénéficiaires directs : Elèves des écoles partenaires, écoles partenaires, parents d’élèves.
Union Nationale des Sociétés Coopératives des Transformatrices de Manioc du Burkina
(UNTM/BF)
Présidente : Sabine Nana
Titre du projet PISCCA : projet d’amélioration de la productivité et d’augmentation des revenus des
producteurs et des transformateurs de manioc des zones urbaines et péri-urbaines des villes de
Ouagadougou et Bobo – Dioulasso
Domaine d’intervention : formation et développement de la filière manioc
Montant de la subvention : 40 428 000 F CFA
Bénéficiaires directs : 120 transformatrices et 840 maraîchers à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

La France soutient le développement de l’agriculture biologique au Burkina Faso
La France s’engage résolument auprès des associations et institutions burkinabè pour une
agriculture urbaine et péri-urbaine écologique qui répond, dès à présent et dans une perspective
de long terme, à des enjeux incontournables de développement durable, aussi bien au niveau
international, nationale que local, à savoir :
 la préservation de la santé des individus ;
 la protection de l’environnement et des écosystèmes ;
 la sécurité alimentaire ;
 la maîtrise des coûts et la croissance de l’emploi ;
 le développement économique ;
 la croissance durable des zones urbaines et péri-urbaines.
La croissance rapide des villes dans le monde et notamment dans les pays en développement met
à rude épreuve les systèmes d’approvisionnement alimentaire urbains. L’agriculture, qui comprend
l’horticulture, l’élevage, la pêche, la sylviculture et la production de lait et de fourrage, s’étend de
plus en plus aux villes. L’agriculture urbaine fournit des aliments frais, génère des emplois, recycle
les déchets urbains, crée des ceintures vertes, et renforce la résilience des villes face au
changement climatique.
De 2016 à 2019, le projet « Agriculture et gestion des risques climatiques, outils et recherches en Afrique » (AGRICORA), soutenu par la France et son Institut de recherche (IRD) a permis de produire des connaissances scientifiques et des outils efficaces de gestion du risque climatique pour l’agriculture. Les équipes internationales, composées de chercheurs français et ouest africains, se sont inscrites dans une démarche d’apprentissage mutuel et d’échanges d’informations.

La France défend l’approche One Health (« une seule santé ») comme approche intégrée systémique et unifiée de la santé publique, animale et environnementale aux échelles locales, nationales et planétaire. L’agriculture biologique fait partie intégrante de cette vision, puisque elle contribue au développement économique tout en respectant l’environnement (eau/air/sol) et la santé des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *