La cérémonie de signature de convention entre l’ambassade de France au Burkina et le ministère de la justice en partenariat avec la direction générale de l’administration pénitentiaire (DGAP) ,dans le cadre du projet pour la promotion des gestes barrières et prise en charge du covid-19 dans les maisons d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) et à la prison de haute sécurité (PHS) s’est tenue le mardi 30 juin à Ouagadougou. C’est un projet pilote porté par deux associations à savoir : l’Association SOS médecins Burkina Faso et African Culture. L’objectif principal de ce projet, est de faire la promotion des gestes barrières, et de renforcer les capacités pour la détection et la gestion d’éventuels cas suspects au sein de deux prisons au Burkina Faso, la MACO et la PHS. C’était en présence du ministre de la justice garde des sceaux René BAGORO, l’ambassadeur de France au Burkina Faso monsieur Luc HALLADE, et les présidents des deux associations.

Le projet d’un coût global de 22 872 400 fr CFA, est financé par l’Ambassade de la France au Burkina Faso pour une durée de 05 mois. Il comporte un volet sensibilisation des acteurs mise en œuvre par l’association African Culture et une dimension de renforcement de compétences dans la prévention et la prise en charge d’éventuels cas de Covid-19 en détention mise en œuvre par l’association SOS médecins Burkina Faso.

Monsieur Luc HALLADE ambassadeur de la France au Burkina Faso

Le choix des maisons d’arrêts de Ouagadougou n’est pas un fait du hasard, tout simplement parce que Ouagadougou est l’épicentre de la pandémie à coronavirus au Burkina. Ce projet se présente comme une phase pilote. En effet les deux établissements pénitentiaires concernés par les actions de ce projet englobe un effectif d’environ 2 200 détenus soit 34 femmes, 59 mineurs et 2 107 hommes. Le nombre des gardes de sécurité pénitentiaires (GSP), d’infirmiers et de travailleurs sociaux est estimé à 431 personnes.

Sur le volet culture, les acteurs du projet comptent mener des actions de sensibilisation des détenus du personnel et des visiteurs sur les mesures barrières du covid-19 à travers 08 représentations théâtrales, musicale, humoristique, 04 dessins au profit des 2 200 détenus de la MACO et de la PHS.

Dr Éric Arnaud DIENDERE président de SOS médecins Burkina Faso

Pour le plan sanitaire, le projet va aussi doter les infirmiers en matériels médicotechnique et en médicaments suivi d’une formation des membres du comité d’hygiène de la MACO et de la PHS. 8 000 masques seront distribués à l’ensemble des personnes incarcérées au Burkina Faso, 15000 boules de savon 600 litres de savon liquide et un renforcement des visites des nouveaux entrants à la MACO et à la PHS.

Ministre de la justice garde des sceaux monsieur René BAGORO

 

 

Pour le ministre de la justice garde des sceaux, il remercie les initiateurs du projet pour cette pensée noble à l’endroit des détenus. C’est le lieu pour lui de remercier le partenaire financier qui est l’ambassade de la France au Burkina  qui multiplie les initiatives pour  accompagner le Burkina Faso à travers des projets de développement.
Notons que SOS Médecins Burkina Faso contribue depuis 14 ans à l’amélioration de la santé des Burkinabè et à la lutte contre le VIH/SIDA dans les groupes à risque et à la  recherche opérationnelle biomédicale avec à sa tête le Dr Éric Arnaud DIENDERE.

Idrissa SAWADOGO alias Feeman Tapily, président de l’association AFRICAN CULTURE

African Culture oeuvre depuis 10 ans à la ré-dynamisation des valeurs Africaines. Son leader est Idrissa SAWADOGO alias Freeman Tapily artiste chanteur. Il est l’initiateur du festival annuel « un vent de liberté » à la faveur des détenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *