Accueil ACTUALITÉ Syndicat : le SYNTSHA dénonce une gestion catastrophique des agents de santé...

Syndicat : le SYNTSHA dénonce une gestion catastrophique des agents de santé dans les zones d’insécurité

188
0

Au cours d’une conférence de presse le mardi 07 juin 2022 à Ouagadougou, le Bureau National du Syndicat des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale (SYNTSHA)  a relaté  la gestion catastrophique des agents de santé et la précarité des conditions de travail.

Le Bureau National appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes pour renforcer le système de soins et des agents exerçants dans les zones à fort défi sécuritaire qui sont éprouvées par le terrorisme telle que le dépouillement de biens, les enlèvements et prise d’otage etc.

Bernard Sanon, le Secrétaire Général du SYNSHA

Selon le Secrétaire Général du SYNSHA Bernard Sanon, personne ne se demande comment les travailleurs font pour vivre dans les conditions extrêmes à Djibo.
Certains agents de la santé ont pu quitter Djibo grâce aux convois escortés par les FDS pour venir à Ouagadougou.  A leur arrivée ils ont essayer de déposer des demandes d’affectation nationale à partir de Ouagadougou et on leur a dit de repartir à Djibo pour déposer leur demande malgré les conditions sécuritaires difficiles pour le trajet qui nécessite des escortes musclées. C’est très compliqué et  c’est ainsi que les agents de santé sont gérés. Ils sont abandonné à eux-mêmes malgré les efforts qu’ils font pour soigner les populations en détresse dans les zones difficiles.

“Si vous faites un AVC ou un Infarctus du myocarde même en temps qu’agent de santé, vous avez beaucoup de chance d’y rester car il y’a aucun mécanisme  pour que vous rentrez dans une ville pour qu’on vous prenne en charge “. A expliqué Bernard Sanon.

Nadège Doulcom médecin généraliste au CMA de Djibo, nous a fait comprendre qu’elle est rentrée à Ouagadougou le 17 Février  à  cause de l’insécurité et depuis le  24 Avril, leur premier responsable fait sortir une note de service pour l’intimer de rejoindre Djibo pendant que nous savons que la ville est intenable; l’eau potable et les vivres sont inaccessibles. Il y a  même des gens qui buvaient l’eau du barrage, et des agents qui sont rentrés avec des dermatoses, des psychoses et malgré tout notre responsable insiste que nous revenons à Djibo.  Nous lui avons fait comprendre que c’était  difficile et nous avons même approché le médiateur du Faso pour qu’elle essaie de rentrer en contact avec le ministre pour lui faire comprendre la situation.
Mais le lundi 6 juin,  nous avons eu connaissance d’un communiqué administratif à l’endroit de tous les agents qui sont absents de leur poste depuis le 22 février pour abandon de rejoindre le poste au risque d’être licenciés.

Les conférenciers du jour on expliqué qu’en plus de l’insécurité, les agents de santé rencontrent des difficultés d’approvisionnement en Médicaments Essentiellement Génériques (MEG) dans les formations sanitaires, ce qui complique les prescriptions et les soin au moindre coût. Cela est dû en partie au retards dans le remboursement par l’Etat .

Previous articleHadj 2022 : Le Burkina Faso obtient un quota de 3686 pèlerins
Next articleBurkina : dix partis politiques veulent reconfigurer la vie politique  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here