Accueil ACTUALITÉ Zone des trois Frontières : Une vingtaine de militaires perdent la vie

Zone des trois Frontières : Une vingtaine de militaires perdent la vie

310
0

Au Niger, dans la région de Tillabéri, une attaque qui a visé une base de la force conjointe du G5 Sahel, le samedi 4 décembre 2021, a coûté la vie à plus d’une vingtaine de militaires contre une quatre vingtaine de terroristes neutralisés. Plus tôt, le vendredi 3, une trentaine de civils ont été tués dans une attaque à Bandiagara, dans le centre du Mali.


Au cours des dernières années, les attaques sont devenues récurrentes dans la zone dite des trois frontières
C’est peu de dire que le week-end écoulé a été des plus sanglants dans la zone dite des trois frontières que partagent le Burkina, le Mali et le Niger. A Tillabéri, au Niger, et à Bandiagara, au Mali, des attaques ont fait plusieurs dizaines de victimes.

A Tillabéri, c’est une position de l’armée nigérienne participant à la mission conjointe du G5 Sahel qui a été visée. A en croire certains témoignages, des centaines d’individus armés non identifiés ont déferlé à moto sur cette base. Selon un bilan non officiel, au moins 29 militaires ont été tués contre 79 assaillants neutralisés.

La veille, soit le vendredi 3 décembre, à Bandiagara, dans le centre du Mali, une trentaine de civils ont été tués alors qu’à bord d’un car, ils se rendaient à une foire. Selon des témoins, les assaillants ont mis le feu au véhicule et ses occupants après avoir intercepté l’engin.

Si l’attaque au Niger n’a pas suivi de revendication, celle du centre du Mali porterait la signature du prédicateur radical Amadou Kouffa, allié au chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, Iyad Ag Ghali, selon plusieurs sources;

Dans la foulée, le président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta, a décrété un deuil national de trois jours.

Source : lobs.com

Previous articleBurkina : Le PDJ demande à Roch Kaboré de chercher un premier ministre capable
Next articleDeuxième AG du CIFA : L’employabilité des jeunes au centre de la rencontre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here